L’Itinéraire Culturel Européen Saint Martin de Tours

Le souvenir de saint Martin de Tours est inscrit depuis le IVe siècle dans toute l’Europe. Voyageur infatigable à travers l’Europe tout au long de sa vie, saint Martin, symbole de la valeur universelle du partage, naquit en 316 en Pannonie, l’actuelle Hongrie, de parents païens. Elevé à Pavie, en Italie, où son père était militaire dans l’armée romaine, il fut enrôlé vers l’âge de quinze ans. En 337, en garnison à Amiens, en France, il partagea la moitié de son manteau pour la donner à un pauvre mourant de froid. Il eut alors la révélation de la foi et se convertit au christianisme. Installé comme ermite près de Poitiers, il fonda le monastère de Ligugé, premier monastère d’Occident. Devenu évêque de Tours en 371, il fonda l’Abbaye de Marmoutier et les premières églises rurales de la Gaule, tout en sillonnant une partie de l’Europe. Saint Martin mourut le 8 novembre 397 à Candes-Saint-Martin, et fut enterré le 11 novembre à Tours.

Présentation 

L’Itinéraire Culturel Européen Saint Martin de Tours relie les villes européennes qui se partagèrent la vie de saint Martin de Tours, ainsi que celles qui possèdent un patrimoine architectural important lié à son culte (des milliers de monuments lui sont dédiés, dont 14 cathédrales en Europe) et un patrimoine immatériel (légendes, traditions, folklore) encore bien vivant.

Les villes et territoires associés à l’Itinéraire Culturel Européen Saint Martin de Tours permettent de faire redécouvrir un patrimoine culturel majeur longtemps oublié. Quatre parcours européens de la Via sancti Martini relatent des épisodes de sa vie ou l’importance de son culte : le Chemin de saint Martin, qui relie Szombathely (Hongrie) la ville de sa naissance et Tours (France), la ville de son tombeau (Via sancti Martini 2.500 km); le Chemin entre Saragosse (Espagne), où il serait allé à un Concile et Tours (Via caesaraugustana 1.100 km) ; le Chemin de Trèves, ville en Allemagne où il se rendit plusieurs fois pour rencontrer les empereurs et Tours (Via treverorum 1.100 km) et le Chemin d’Utrecht à Tours à la découverte de son culte en Belgique et aux Pays-Bas (Via trajectensis 1.100 km). Les chemins de saint Martin sont porteurs de la valeur du partage.