The website is currently under maintenance. We apologize for any inconvenience that this may cause
Incorporated in
2014
Countries
'Italy', 'Bosnia and Herzegovina', 'Bulgaria', 'Croatia', 'Greece', 'Romania'
Contact

ATRIUM ASSOCIATION
Edificio Ex-Gil
Vle della Libertà, 2 
47121 Forlì (ITALY)
Tel: 0039-(0)543-712913
info@atriumroute.eu

ATRIUM, Architecture des Régimes Totalitaires du 20è siècle

Atrium est l'itinéraire culturel européen du Conseil de l'Europe sur l'architecture des régimes totalitaires du 20è siècle. Son objectif est de transformer un patrimoine architectural "inopportun" en héritage qui peut aider à promouvoir le développement économique, culturel et social des zones impliquées. L'itinéraire a été créé comme élément d'un projet européen dans le cadre du programme de coopération transnationale de l'Europe du Sud Est, qui dure trois ans et engagent 18 partenaires européens de 11 pays différents.

Presentation

Predappio, Palazzo Varano, ItaliaL’itinéraire culturel ATRIUM (Mémoire de l'architecture des régimes totalitaires de l’Europe urbaine) se base sur le patrimoine urbain et architectural commun en Europe qui peut-être défini comme “inconfortable” ou “discordant”. Les régimes totalitaires qui caractérisèrent une grande partie de l’Europe durant les années centrales du vingtième siècle, a eu une influence majeure sur le paysage urbain. Ces régimes fondèrent de nouvelles villes et ont reconstruit des parties de villes existantes souvent en utilisant les projets les plus avancés en design architectural et urbain disponible. Alors que l’Europe démocratique qui émerge de la seconde guerre mondiale et de la chute du mur de Berlin s’est fermement basée sur son opposition aux régimes totalitaires, leur patrimoine construit, souvent de très grande qualité, reste dans les rues de ces villes. L’itinéraire a alors pour objectif de promouvoir un nouveau regard sur ce patrimoine inconfortable, tout en maintenant une réprobation critique et éthique de ces régimes. La base démocratique du projet pour un itinéraire culturel est indiqué très clairement dans l’Article 2 des statuts de l’association ATRIUM: “L’activité de l’association est inspirée par le principe de promotion des valeurs de démocratie et de coopération entre les peoples, comme le fondement d’une coexistence paisible et civile. En aucun cas et en aucune manière, l’association n’accepte d’expressions et de formes de révisionnisme historique, de disculpation pour les gouvernements autoritaires, dictatoriaux ou totalitaires.” L’itinéraire vise, cependant, à promouvoir une appréciation complète de l’architecture et du design urbain de ces régimes pour leur qualité aussi bien comme patrimoine, que comme moyen d’exploration complète des complexités sociologiques, idéologiques et géographiques de l’histoire de ces régimes.

Après un premier projet dans le cadre du programme Europe du Sud Est, l’itinéraire ATRIUM a été créé en 2013 et a gagné la reconnaissance du Conseil de l’Europe en 2014. Ses quartiers généraux sont à Forlì et ses membres sont installés dans cinq autres pays (Croatie, Bosnie-Herzégovine, Roumanie, Bulgarie et Grèce). Toutes les villes impliquées affichent des exemples d’architecture ou de design urbain découlant d’une période totalitaire, souvent avec une forte relation avec les régimes. Forlì, Forlimpopoli, Bertinoro, Castrocaro Terme e Terra del Sole, Predappio et Cesenatico, en Italie, toutes ont d’importants bâtiments ou parties de villes provenant directement du désir de Mussolini de produire une forte influence dans les rues des villes proches de son lieu de naissance (Predappio). Labin et Rasa, en Croatie, abritent d’importants exemples d’architecture fasciste, tout comme Thessaloniki, en Grèce. Le comté de Iasi, en Roumanie, Doboj, en Bosnie-Herzégovine, et Sofia et Dimitrovgrad, en Bulgarie, ont de nombreux exemples d’architecture découlant des régimes totalitaires de la période d’influence soviétique ou des régimes socialistes de la Yougoslavie de Tito.

L’itinéraire culturel européen ATRIUM promeut une reconnaissance du patrimoine architectural laissé par ces régimes et le développement du tourisme durable. Un tourisme culturel, qui favorise un jugement critique, historique et esthétique complet du patrimoine “discordant” que ces régimes ont laissé derrière eux, peut aussi favoriser les valeurs culturelles et démocratiques au coeur du projet européen, aussi bien que promouvoir un nouvel intérêt pour l’environnement urbain comme objet d’intérêt légitime.

(Photo: Predappio, Palazzo Varano, Italia)